Dans les méandres de l’enquête

Moi au début de l’enquête, quand j’avais encore la niaque. (source : Pixabay)

Un truc que je n’avais pas vu venir, quelque chose que plein de nouveaux venus dans le monde de la recherche ne voient pas venir non plus, c’est que le travail de terrain, c’est dur. Comment ça dur, me diriez-vous ? C’est un travail, comme son nom l’indique, donc c’est pas censé être une partie de plaisir H24. Certes, mais quand même. Quand on lit les articles, les bouquins, tout ça, les chercheurs passent souvent outre sur les difficultés qu’ils ont rencontrées, ils les évoquent dans un petit paragraphe, genre ils ont pas eu de soucis. Le fait est que souvent, c’est faux ; les enquêtes sont quasiment toujours semées d’embûches, mais c’est plus valorisant, dans le produit fini, de dire que tout s’est passé pour le mieux, qu’on avait tout prévu, et que toutes les étapes suivies découlent de choix parfaitement rationnels. Reste que pour moi, ça a été particulièrement compliqué ; pour la faire courte, j’ai pris cher.

Mon sujet de thèse n’était pas fourni avec un terrain ; c’était un sujet fourre-tout, large comme une baleine, tentaculaire, et qui partait dans tous les sens. Littératie et culture numérique. J’en ai presque fait des crises d’angoisse. Ce qu’il faut savoir aussi, c’est qu’au début, j’étais persuadée que ma thèse serait en lien avec un projet que nous avions au laboratoire, sur les usages numériques des étudiants en milieu transfrontalier, du doux nom de CUMEN. On avait accumulé les données de centaines d’étudiants qui, chaque année, avaient rempli un journal d’usage sur cinq jours, et personne ne les exploitait. Je me suis dit cool, ils ont des données, j’ai un financement de thèse, je fais faire ça ! Je me voyais déjà en train de coder. Mais non, je me fourvoyais ; mes directeurs ont mis un veto (alors que l’un d’eux est le directeur dudit projet) et m’ont fait savoir qu’il fallait que j’obtienne mes données toute seule, comme une grande. Car oui dans la vie rien n’est jamais facile, rien n’est jamais acquis. Donc une fois le choc encaissé, j’étais de retour à la case départ, perdue et désemparée, as usual.

Pour choisir un terrain, il fallait d’abord que je sache par quel bout je souhaitais prendre la chose. Et pour ça, il fallait que je fasse des recherches, que je lise plein de trucs, que je m’informe. Donc je passais beaucoup de temps à lire, mais les mois passaient et je n’avais toujours pas trouvé de solution. J’avais certes écrit à mon ancien établissement, un lycée agricole, pour leur demander si je pouvais faire l’enquête chez eux, ce qui eût été parfait ; le proviseur avait accepté ; mais le souci c’était, quel établissement allemand je vais bien pouvoir choisir dont les formations soient équivalentes à celles-là ? Et encore pire, avec un établissement suisse, parce que dans le projet initial, j’étais censée faire une comparaison trinationale ! Celles dispensées dans le lycée agricole portaient sur les services à la personne en milieu rural ; en plus le système éducatif agricole est indépendant de l’Education Nationale, développe ses propres programmes et est un peu sur sa propre planète, avec des sigles inconnus au bataillon balancés à tout bout de champ (j’ai mis du temps pour comprendre). Il a donc semblé que ça allait être compliqué. J’ai renoncé un peu à contrecœur, car j’adore l’enseignement agricole et je voulais absolument travailler dessus. Heureusement j’ai quand même pu faire une recherche / synthèse sur la manière dont ils font de l’éducation aux médias, c’était super intéressant. Je vous en reparlerai peut-être, un jour.

A défaut d’avoir trouvé un lycée volontaire, j’avais au moins commencé à définir ce que je voulais investiguer. Mon directeur était dans une phase où il se passionnait pour Gilles Pronovost et l’étude des temporalités, il m’avait conseillé d’aller creuser de ce côté-là et je me suis également prise de passion pour les études “emploi du temps”, où on investigue ce que les gens font avec leur temps. J’ai décidé que je voulais faire ça ; en plus ça rejoignait la méthodologie du projet CUMEN mentionné ci-dessus et auquel j’aurais tellement voulu apporter ma contribution. Vers avril de ma première année, je savais donc déjà que je voulais faire remplir des journaux d’usage à des élèves du secondaire, en plusieurs fois (pour éviter les biais saisonniers) ; j’ai présenté cette méthode à Gilles Pronovost himself (la pression) alors qu’il était de passage en France, invité par la fac de mon directeur, et il a dit que ce serait une bonne idée. A l’issue de cette journée-là, en parlant avec un autre chercheur, j’ai eu l’idée de réaliser des entretiens d’approfondissement pour ne pas m’en tenir simplement aux données temporelles, qui manquent d’éclairage qualitatif. Des dispositifs que j’ai bel et bien mis en place. Des fois il suffit de pas grand-chose pour débloquer un micmac comme ça.

Pour le choix des établissements, vers avril-mai, je me suis tournée vers une collègue, co-directrice d’un master MEEF documentation, et qui connaissait la quasi-intégralité des profs-docs de la région. Je me suis dit qu’elle m’aiderait sûrement à trouver quelqu’un de suffisamment intéressé et motivé pour monter le projet. Elle m’a tout de suite conseillé une personne qu’elle connaissait et qui était très impliquée dans le réseau et dont le mari était allemand, prof dans un lycée en Allemagne. Je l’ai contactée, le côté franco-allemand lui plaisait bien, elle a accepté ; on a envisagé de faire la partie allemande dans l’établissement de son mari, mais ça ne marchait pas, parce que le lycée de Strasbourg était focalisé sur des formations technologiques alors que l’autre était un Gymnasium (donc avec des élèves différents). Crap ! Qu’à cela ne tienne, j’ai contacté quelques autres lycées, avant que notre prof-doc ne m’informe qu’ils avaient un lycée partenaire en Allemagne, à Pforzheim, qui proposait le même type de formations. Je les ai contactés, ils ont aussi accepté, et j’étais trop heureuse.

Mais les problèmes ne s’arrêtent pas là. Bah non. Ce serait trop simple. Impossible de joindre la proviseure du lycée strasbourgeois, alors que son accord écrit était indispensable. J’ai passé des jours à essayer de l’appeler et à lui laisser des mails ; elle ne répondait pas, le secrétariat refusait de me la passer, je me prenais vent sur vent, et je commençais à flipper un peu. Jusqu’à début juillet, rien ; ensuite elle est partie en vacances et on s’est dit qu’on aurait plus de chance à la rentrée. Du coup j’ai entamé l’été avec une sorte de nuage au-dessus de ma tête, parce que tout risquait de tomber à l’eau. En septembre j’ai recommencé mes relances, toujours sans le moindre succès, à croire qu’elle me ghostait. En Allemagne, au contraire, tout se passait super bien, j’étais déjà allée faire un tour au lycée rencontrer la proviseure, pas de souci.

— Pourquoi tant de bâtons dans mes petites roues ? —

(source : Pixabay)

Vers octobre, la prof-doc a pris le relais et a insisté auprès de la proviseure pour qu’elle me fasse une réponse ; il s’est avéré qu’avant qu’elle n’approuve quoi que ce soit, il fallait que je passe en conseil pédagogique. Que je présente mon projet devant l’intégralité des professeurs de l’établissement. Pression, pression ! Il a été reporté une fois, donc j’ai perdu du temps ; ensuite, une fois le projet validé par le conseil, il a fallu que j’obtienne les lettres des parents, sauf qu’aucun élève ne l’a ramenée ; j’ai eu beau passer trois fois dans les classes pour rappeler que c’était important, ils ont tous oublié. Je ne peux pas trop leur en vouloir, j’étais pareille à leur âge, mais bon… Je commençais à me dire que c’était de l’acharnement à ce stade, et que mon enquête était maudite. Heureusement, la prof-doc, mon alliée dans tous ces tracas, a décidé que les élèves n’auraient pas à ramener la lettre et qu’on ferait l’enquête quand même (en Allemagne aucun accord des parents n’avait été nécessaire), partant du principe que les parents nous feraient savoir s’ils n’étaient pas d’accord. Le pire, c’est que les ados avaient envie de participer !

 J’ai réalisé mon enquête en quatre phases ; la première a eu lieu dans le lycée allemand en octobre, et dans le lycée français… En janvier. Un bon gros décalage. Heureusement ça s’est bien harmonisé par la suite.

A la base, je voulais faire des entretiens avec chaque élève, quatre fois dans l’année, sur les temporalités, les usages etc. Sauf que, là aussi, revers de bâton ; le lycée allemand, qui avait accepté le protocole, m’a fait savoir au dernier moment que c’était finalement impossible de m’accorder autant de temps. Une semaine avant notre rendez-vous, et alors que je venais de passer en conseil pédagogique à Strasbourg. J’ai dû m’adapter et repenser ma méthodologie pour gagner un maximum de temps, tout en obtenant des données pertinentes. J’ai remplacé mes entretiens individuels par des entretiens collectifs et des questionnaires déclaratifs, que j’ai fait remplir aux participants, comme leur journal d’usage, sur PC en salle informatique. Ca a remis en question tout mon processus méthodologique. Mais bon, pas grave, au moins, j’ai des données.

Mais mêmes une fois les données obtenues, c’est pas terminé ! Bah non, c’est le moment de “passer en cuisine” et de se plonger dans le cambouis ! Je me suis rendue compte que mon enquête était un peu chaotique mais j’ai quand même réussi à y mettre de l’ordre, et même à en tirer des trucs intéressants. Ceci dit, mon directeur, en voyant les données et leur niveau de formalisation, m’a dit que ce que je faisais, c’était pas du quali. J’étais là genre, “ah bon” ? Eh non, parce que dans les entretiens, les élèves réagissent, plus qu’ils ne construisent un discours. La réponse est déjà dans la question. Ce qui fait que la matière est “assez pauvre”. Mais bon… Il y a quand même des trucs à en tirer. C’est vrai que les élèves, malgré le fait que je les ai vus 4 fois, n’étaient pas tou.te.s très loquaces.

Il faut se dire que quand ce sera fini, on en rigolera… !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.