C’est sur quoi ta thèse ? Une entrée en matière (parce qu’il en faut bien une)

Quoi de mieux comme entrée en matière que de raconter, dans les grandes lignes, le sujet de ma thèse ? Après tout j’ai l’habitude, puisque depuis trois ans, les membres de ma famille sont comme frappés d’amnésie, et me demandent une fois tous les six mois “sur quoi tu travailles, déjà…”. Alors je sais que c’est compliqué, quand on est extérieur au milieu universitaire, de comprendre de quoi tout cela retourne, mais quand même ! (d’ailleurs, si jamais vous me lisez : je travaille sur la culture numérique ! En France et en Allemagne…)

L’éducation aux médias, c’est un processus qui a notamment pour but de développer l’esprit critiques des ados, comme ceux ci-dessus (je me demande d’ailleurs ce qui les passionne autant, ces petits bougres) (source : Pixabay)

Ma thèse donc. Son histoire remonte à l’année 2016. Je me destinais alors à réaliser une recherche sur le “nation branding”, la manière dont une entité géographique – un pays, une région, une ville – se présente en tant que marque, pour “se vendre” aux touristes et aux investisseurs. Rien à voir avec ce que je fais aujourd’hui, du coup. J’avais découvert ça l’année précédente en cours et ça m’avait semblé passionnant. J’ai fait mes petites recherches sur le sujet, j’ai préparé mon dossier, j’ai trouvé un directeur de thèse intéressé ; on a déposé une demande de financement pour un contrat doctoral, qui a échoué, hélas. La question s’est alors posée, qu’est-ce qu’on fait. On tente la thèse quand même, sans financement ? J’avais souvent entendu dire que c’était casse-gueule donc j’ai dit que je préférais attendre et retenter, plutôt que de m’inscrire tout de suite et être grillée.  Un peu par miracle, mon directeur m’a trouvé un job à l’Université de Haute-Alsace, à Mulhouse, pour que je puisse avoir de quoi subsister tout en préparant un projet plus approfondi. Pendant un an, j’ai été chargée d’assister mes collègues en sciences de l’information et de la communication sur leurs projets de recherche (saisie de données, propositions de questions pour des questionnaires ou des grilles d’entretien, réalisation de codebooks, organisation d’événements scientifiques type colloques, enfin plein de choses). Sauf qu’en cours de route, les projets de mes collègues m’ont paru de plus en plus intéressants, comparés à mon petit sujet de base. Notamment un projet sur la comparaison des usages numériques des étudiants entre la France et l’Allemagne. J’ai oublié les détails, mais toujours est-il que j’ai retourné ma veste et décidé de bosser sur un thème différent : littératie et culture numérique des jeunes dans l’espace rhénan. Littératie, pour parler d’éducation aux médias, et culture numérique, pour les usages numériques. Je n’avais alors aucune idée du fatras conceptuel dans lequel je mettais les pieds ; j’ai juste dit “cool”, j’ai de nouveau préparé un dossier, et bim, j’ai obtenu l’allocation de recherche. Premier contrat à longue durée et premier vrai salaire de ma petite vie, moi qui avais, jusque-là, enchaîné CDD, temps partiels et vacations. Tip-top, quoi !

Sauf que… La recherche, ce n’est jamais aussi facile que ce à quoi on s’attend. Par exemple, je pensais savoir ce que “littératie numérique” et “culture numérique” signifiaient. Eh bien plus le temps passait, et moins j’en étais sûre. Sans compter qu’en Allemagne ils avaient tout un autre attirail de concepts. J’avais sous-estimé le temps que ça prend, de faire le tour d’un sujet et de définir un terrain. “Trouve un terrain !” “Réfléchis à tes terrains !” “Tu veux faire quoi comme terrain ?” me demandait mon directeur, sans relâche. Je n’en savais rien, si ce n’était que j’aurais bien voulu bosser avec un public adolescent, sachant que j’en ai fréquenté pendant quatre ans (comme pionne, puis comme assistante de français à l’étranger, et enfin comme prof d’allemand contractuelle), si possible dans l’établissement qui m’avait employée l’année précédente. Mais tout était compliqué. Il fallait que je trouve deux établissements scolaires, français et allemand, aussi similaires que possible en termes de formation, ce qui était un critère impossible à remplir avec mon ancien lycée. C’était un lycée agricole, et l’enseignement agricole est tellement spécial – et tellement cool ! – qu’il n’a aucun équivalent allemand. Bon… J’ai traversé quelques mois de traversée du désert, pendant lesquels j’ai avancé sur la partie “éducation aux médias”. Là j’ai pu faire pas mal de choses, aussi pour appréhender le côté allemand – j’ai lu des documents, des articles, j’ai même interviewé des gens actifs dans ce domaine, pour en comprendre le fonctionnement.

Une petite carte, parce que ça fait joli. Aussi, en pointillés, les régions auxquelles je m’intéresse tout particulièrement dans ma thèse : l’Alsace et le Land du Bade-Wurtemberg (on dirait presque un cœur dis donc)

En fin de première année, j’ai fini par pouvoir mettre mon enquête empirique sur les rails – Alléluia. Consciencieuse, je me suis dit que j’allais profiter de mon été sédentaire pour rédiger des bouts de ma partie théorique. J’ai repris les notes que j’avais prises lors de mes lectures, j’ai arrangé un peu tout ça, et j’ai essayé d’en faire un truc correct, mais il s’est avéré, suite à la relecture de mon directeur, que ça manquait de fil rouge. En fait, j’ai découvert que je n’avais pas de problématique. En début de deuxième année. Ce que je pensais être une problématique, n’était pas une problématique. C’était tout pourri. Et là, ça a été genre, gros stress, grosse remise en question, à la limite de la déprime (genre “je vais laisser tomber de toute manière menfou c’est nul”). Ca a duré quelques semaines, quand même. Et ensuite la problématique s’est problématisée, j’ai fini par comprendre ce que je cherchais et ça c’est cool.

Mais alors c’est quoi le truc que je cherche ? C’était pas genre le thème de l’article d’ailleurs ?

Patience ! Laissez-moi vous l’expliquer. Dès le début de ma thèse, c’était clair que j’avais deux objets de recherche : les pratiques numériques des adolescents, et l’éducation aux médias. Pour une raison X ou Y, ça me paraissait difficile voire impossible de les faire fonctionner ensemble, ils refusaient tout bêtement de s’emboîter, et les questions que je me posais paraissaient caduques, artificielles. J’avais beau le tourner dans tous les sens, ça ne marchait pas. Jusqu’à un beau jour, où j’étais à Louvain-la-Neuve, pour une école d’été ; j’ai rencontré une dame, chercheure spécialiste de l’analyse de discours, et elle m’a retourné le cerveau en une phrase. Je lui ai fait part de mes difficultés à articuler pratiques numériques des jeunes et éducation aux médias, et elle m’a juste dit, “et pourquoi ne pas regarder les correspondances entre ce que vous observez dans votre enquête de terrain avec les adolescents, et les textes d’éducation aux médias ?” Je suis restée coite. Ben oui, j’avais jamais pensé à formuler le truc dans ce sens-là. Et c’était pas con du tout ; en un instant, tout m’a paru s’emboîter. Dans la foulée, j’ai fait le plan de ma thèse et j’ai commencé la rédaction. Comme ça. Thug life.

J’avoue, il se trouve que j’ai eu quelques revirements depuis. Déjà, il m’a semblé que je ne problématisais pas suffisamment l’objet central de mon enquête, la culture numérique juvénile. Comment ça se fait que tout le monde emploie ce terme tout en ne le définissant quasiment jamais, comme si tout le monde savait de quoi il retournait ? Aux débuts de ma thèse, je me rappelle, j’étais perplexe. J’avais l’impression que plus je lisais, et moins je savais de quoi je parlais. Je me suis donc dit que je remettrais sérieusement en question cet “allant de soi”, en montrant par exemple comment elle est définie (ou pas) dans différents contextes ; puis que j’essaierais de dépasser ce côté “doxa” en proposant ma propre définition, opératoire pour mon étude.

J’ai réalisé ensuite que ce serait dur de généraliser les résultats de mon enquête de terrain et d’en faire “LA” culture numérique des jeunes. Un peu prétentieux pour une étude réalisée dans seulement deux établissements et avec deux groupes d’élèves. Heum. Décidément, j’ai un truc avec les remises en question, ça devient une seconde nature chez moi, de retourner ma thèse dans tous les sens. Après réflexion il m’a semblé que, pour contourner ce problème, il faudrait, outre chercher les correspondances et divergences entre ce que j’ai observé et les textes (je peux le faire quand même, de manière modeste), surtout que je présente mon dispositif comme une manière de connaître, de manière empirique, les répertoires médiatiques de groupes de jeunes [1], pour développer une éducation aux médias plus contextualisée.

Les questions que je me pose, par conséquent, sont les suivantes :

  • Quels sont les discours portant sur la culture numérique juvénile en France et en Allemagne et sur quels éléments entendent-ils se baser ?
  • Comment peut-on appréhender la culture numérique des jeunes de manière qualitative et contextualisée ?

Et voilà ! Je reparlerai peut-être de mon enquête plus tard d’ailleurs, parce que c’est un sacré fatras aussi, elle est assez compliquée avec plusieurs phases etc. La suite au prochain épisode !

[1] Voir Hasebrink & Domeyer (2012)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.